La détermination des différents facteurs socio-économiques et juridiques sur l’instabilité conjugale au Maroc

Auteurs

  • Mohamed EL GRAA Université de Lille, France
  • Essaid TARBALOUTI Université Cadi Ayyad Marrakech
  • Carine DRAPIER Université de Lille, France

Mots-clés:

divorce, la loi de divorce, modèle de Cox, femme marocaine, Maroc

Résumé

En 2004, le législateur marocain décide de faciliter de manière considérable l’accès des femmes au divorce ce qui permet désormais à chaque conjoint de décider de divorcer unilatéralement, par opposition aux régimes juridiques anciens. Après cette réforme, le taux de divorce a augmenté très sensiblement, ce qui a eu pour conséquence de soulever un important débat sur le degré de responsabilité de ces nouvelles dispositions pour la stabilité de la cellule familiale. Dès lors, une abondante littérature s’est développée autour de cette question. La publication d’E. Peters en 1986 est en quelque sorte considérée comme le « point d’ancrage » du débat sur la relation entre la réforme du droit de la famille et le nombre de divorces. L’objectif de cet article est de mener une étude empirique en s’appuyant sur le modèle de Cox pour déterminer les facteurs socio-économiques de divorce au Maroc en accordant une attention particulière au rôle de la réforme du divorce introduite dans le nouveau code de la famille de 2004.

##plugins.generic.usageStats.downloads##

##plugins.generic.usageStats.noStats##

##submission.downloads##

Publiée

2023-03-15