Comportement d’investissement des entreprises camerounaises à l’épreuve de l’environnement institutionnel

Auteurs

  • Janvier METANGMO Université de Yaoundé II- Cameroun
  • Alexis NANKAP SEUJIB Université de Douala- Cameroun

Mots-clés:

Investissement, modèle accélérateur-profit, Q de Tobin, effet de levier, GMM

Résumé

L’objectif de cette étude est de déterminer les facteurs influençant le comportement d’investissement des entreprises camerounaises dans un contexte de crise sécuritaire. En effet, malgré un taux de profit élevé (l’EBE représente environ 60% de la valeur ajoutée), le taux d'investissement privé au Cameroun demeure très faible (18% du PIB) et risque de compromettre l'atteinte du stade de pays émergent à l'horizon 2035. Un modèle empirique est développé à partir du modèle théorique accélérateur-profit. Ce modèle est estimé en panel dynamique par la méthode des moments généralisés (GMM) sur les données de 381 entreprises couvrant la période 2015-2022. Il en ressort que la demande sur le marché (effet accélérateur) est le principal facteur qui agit positivement et significativement sur l’investissement. A contrario, le profit, la dette ou les capitaux propres n’ont pas une influence significative sur leur comportement d’investissement. Par ailleurs, même lorsque la demande est importante, le volume d’investissement des entreprises camerounaises est influencé aussi et surtout par l’état sécuritaire de la zone d’implantation, son activité principale, sa taille et son statut juridique. Ce résultat illustre à souhait l’importance d’améliorer l’environnement des affaires et d’encourager les entreprises camerounaises à muter vers des modes d’organisation leur garantissant non seulement un développement rapide mais aussi une pérennisation.   

##plugins.generic.usageStats.downloads##

##plugins.generic.usageStats.noStats##

##submission.downloads##

Publiée

2024-03-15