DU STATUT DE LA FEMME AU REGARD DU DROIT POSITIF EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Auteurs

  • Symphorien KABEYA l’Université de Mwene-Ditu en République Démocratique du Congo

Mots-clés:

Codification, Droit comparé, Droit non inclusif, Statut de la femme, Droit positif

Résumé

Le statut juridique de la femme en République démocratique du Congo à l’aube du 21ème siècle est en contradiction d’avec le droit positif tel qu’il édicté dans la constitution et également dans le code de la famille sans oublier dans les instruments internationaux plus précisément dans la Déclaration Universelle des droits de l’homme. Cette contradiction puise en effet, son fondement dans le corpus juris civilis qui est pour le moins à la fois de nature écrite et de nature non-écrite, d’une part et, le produit  du droit  précolonial et, du droit colonial dont le statut juridique de la femme mis en cause aura du mal à s’affranchir en pratique, aux fins de retrouver sa souveraineté, conformément aux articles  11, 14, 40 et 41 de la constitution de la RDC de 2006 en vigueur et des articles 334,351, 352, 357 et 371 du code de la famille, d’autre part. Notre article propose un choix juridique courageux invitant les législateurs congolais à s’affranchir d’un droit hybride et mixte qui nuit à un Etat de droit en optant soit pour un droit traditionnel moulé dans les textes écrit exclusivement soit pour un droit traditionnel à côté d’un droit étranger et cela, sous la forme écrite exclusivement toujours.

##plugins.generic.usageStats.downloads##

##plugins.generic.usageStats.noStats##

##submission.downloads##

Publiée

2024-05-15